Au milieu

On dit souvent que la place du milieu n’est pas chose aisée. Que celui du centre est pris dans un étau.

Et c’est vrai! J’en ai encore fait la périlleuse expérience la nuit dernière…

Gérard encore parti, les pioux se sont invités dans mon lit. MON lit!

J’ai accepté dans un moment de faiblesse. Notes qu’il était presque 22h30 et pour éviter un matin trop pénible je me devais d’abdiquer. Entre deux maux il faut choisir le moindre.

J’ai vraiment cru que les pioux allaient s’endormir sans tarder. Je suis vraiment trop naïve. Après la vingtième histoire, le millième câlin (fois deux cela s’entend), le dixième verre d’eau (toujours fois deux), est arrivé la grande polémique de « où va dormir Maman? à côté de moi bien sûr ».

L’impression de suivre un match de tennis. Gauche, droite, gauche, droite… Jusqu’à ce que Poupette ait cette idée merveilleuse de me placer au milieu. Et tout de suite! Au revoir mon livre, de toute façon je n’ai pas compris les 5 pages difficilement lues. Je recommencerais plus tard.

crédit photo google images

crédit photo google images

Bras droit étreignant ma fille, bras gauche embrassant mon fils. Cinq minutes plus tard ils dormaient enfin.

Et je me suis retrouvée coincée sur le dos, comme une vieille tortue.

Après quelques ruses je suis parvenue par me libérer, et m’endormir enfin à mon tour dans les maigres centimètres carrés qu’il me restait.

Bim un coup de coude à gauche. Vlan un coup de genou à droite. Oh une main sur ma joue. Ah une jambe sur mon ventre. Plein de cheveux bouclés dans mes narines.

J’ai passé une nuit extraordinaire. Les pieds trop au chaud sous la couette et les épaules fraîches. Non je n’aime pas dormir au milieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.