Complexe

Je n’aime pas écouter les conversations des gens dans le métro ou le train. C’est comme lire par-dessus l’épaule, je n’aime pas. Enfin surtout que quelqu’un lise par-dessus la mienne. Là je déclenche le mode mégère : je souffle, fait un roulement d’épaule, et fais un quart de tour. Ostensiblement. En mode mégère donc.

Je n’aime pas écouter, mais j’entends. Quelquefois c’est drôle, passionnant au point où tu vis à fond le truc. Et d’autres, c’est horrible. Souvenirs douloureux de ces 7h de train avec pour voisines un groupe de joyeuses retraitées qui avaient toutes des histoires d’opérations des intestins ou gynécologique plus écœurantes les unes que les autres. Sept heures c’est long. Très. Long.

Et ce trajet en train pour Arcachon avec MySista où on aurait juré que nos voisines, d’autres joyeuses retraitées, parlaient sexe, alors qu’en fait elles commentaient leur tricot. Les « petits trous », les « c’est trop gros, ça rentrera pas » nous auront bien berné.

Et puis de temps en temps, elles soulèvent des questions. Pas philosophique, ni métaphysique hein ! Plus proche du comptoir de bar.

La dernière en date : c’est quoi ton complexe ? Lancée par deux copines dans le TER qui se font régalées sur les complexes que devraient avoir leurs collègues. Tout le monde y est passé apparemment. De la secrétaire poilue au chef de service court sur pattes. L’une d’entre elle a avoué que son plus grand complexe se sont ses doigts. J’ai trouvé ça surprenant et puis après avoir vu lesdits doigts, j’ai compris.

J’ai deux gros complexes. Enfin deux très gros. Deux vrais de vrais. Les autres, même si chiants, peuvent être considérés comme de seconde main.

Le premier mon nez. Le truc en plein milieu du visage, on ne voit que ça. Impossible à camoufler. Sauf l’hiver dans une écharpe. Et encore… Aussi laid de face que de profil. Non c’est faux, il est bien plus laid de profil. Et encore plus de profil quand je souris. Là c’est wohohoho, vraiment pas beau.

Oui j’aurais pu me faire opérer de mon nez, comme mes oreilles que j’avais plus grandes que celles de Dumbo. Mais imagine ça foire, c’est pire… On peut toujours faire pire. Il n’y a qu’à voir les avant-après sur Google images.

J’aurais pu hériter du bleu des yeux de mon grand-père et MyDad. Au lieu de cela j’ai eu le nez et les oreilles.

Injustice génétique !

Le second mes mollets. Nan, ne ris pas, tu ne les as pas vu. Point de varice, ou de poil – enfin pas tout le temps les poils, mais leur taille. Sont gros, je veux dire démesurément gros. Même pas musclés, juste ronds. Et plus je gagne en âge, pire c’est. Pas de jupe, pas de short – ou avec des bottes.

Finalement je ne vais pas aller vivre dans le Sud, le froid et la pluie conviennent mieux à mon physique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments for “Complexe

  1. 18 mai, 2017 at 13 h 40 min

    Moi j’ai de big mollets aussi. Les slims coincent aux mollets… et les bottes…
    Mais ça ne me complexe pas. Par contre comme j’ai horreur de mettre des jupes ou des robes ça me sert d’excuse.
    Sinon mon énoooorme complexe c’est mon ventre. J’ai l’impression que j’ai le ventre au milieu de la figure et que tout le monde ne voit que ça!

  2. 18 mai, 2017 at 14 h 38 min

    Tu m’as bien fait rire! Et niveau complexes les miens se rapprochent des tiens 😉 les varices en plus…
    Mais bon, je vais quand même aller vivre dans le Sud un de ces jours.
    Bises
    Marion

  3. Mme Statler
    18 mai, 2017 at 16 h 32 min

    Et les marques qui s’entêtent à faire des jeans de plus en plus serrer…
    C’est bien connu tout le monde ne voit que nos complexes. On n’est pas rendu

  4. Mme Statler
    18 mai, 2017 at 16 h 33 min

    Les varices ne vont pas tarder à arriver. Capital génétique paternel ^^

  5. 18 mai, 2017 at 17 h 22 min

    Ici, pas un seul complexe !!! #Jemelapete En réalité, je n’aime pas mon nez mais quand je vois des nez refaits, j’ai fini par m’y faire !

  6. 18 mai, 2017 at 18 h 15 min

    J’ai des grosses cuisses, remplies de chocolat. J’ai un gros popotin comme dirait mon adorable fils. Je bafouille en public, je rougis au quart de tour, le stress me couvre de plaques….. Bref… Et je déteste qu’on lise derrière mon dos mais je ne fais aux autres.

  7. Mme Statler
    18 mai, 2017 at 18 h 22 min

    Ils se ressemblent tous…

  8. Mme Statler
    18 mai, 2017 at 19 h 18 min

    Ha moi aussi je rougis à une vitesse phénoménale. Et encore plus quand on me le fait remarquer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *