Une adolescente à la maison

Voir ses enfants grandir c’est génial. Si, si vraiment. Leur première fois sont émouvantes et laissent de beaux souvenirs. Le premier maman, les premiers pas, le premier Noël…

Et puis un jour, sans qu’on s’y attende vraiment, ils deviennent des adolescents. Des ados… C’est un nouvel univers qui s’offre à nous, un nouveau champs des possibles : les yeux au ciel, les « pfff lala », les assiettes englouties en moins de deux secondes. Tu passes pour une veille croute, un.e qui « comprend rien pff lala », un.e gros naze, au même titre que le petit frère de toute façon. Rien ni personne n’est épargné.

On tient le coup en repensant aux boucles blondes de maternelle, quand on était encore ses héros.

On tient le coup en renouvelant nos blagues pourries aussi. Surtout, en fait.

Ma blague préférée : l’achat imminent d’un soutient-gorge. Ok, on avait dit pas le physique. Mais c’était vraiment très tentant, surtout après la première réaction de Poupette. Comme elle m’a fait rire, ben, j’ai recommencé. Encore. Mère lourde? Un peu. Mais rien qu’un peu.

Ce n’était pas méchant, Poupette me l’aurait dit, c’était de temps en temps un peu pénible.

Et puis un jour c’est arrivé. J’étais pas prête.

Poupette m’a raconté que sa BFF venait de s’acheter des brassières super jolies que quand même c’était pratique pour le sport tu vois et des soutifs vraiment trop chouettes.

Comprenant le message pas du tout subliminal, je venais de prendre 10 ans dans les dents. Flutain, mes blagues pourries et moi!

Quelques jours après, et pendant que les bagels montaient, on est partie faire du shopping.

Fort de cette première expérience, j’ai briefé Poupette = pas de rasoir. Ja-mais. Gérard quant à lui, lui a glissé des serviettes périodiques dans son sac de cours.

Sait-on jamais.

Je ne suis pas prête…

4 comments for “Une adolescente à la maison

  1. Carine
    10 octobre, 2019 at 9 h 02 min

    Nan mais qu’est ce qu’ils ont tous à grandir comme ça ???
    Ici avec 2 garçons, ce sont des problématiques différentes, mais on sent bien qu’à 11 et 9 ans, ils glissent doucement mais sûrement vers l’adolescence Je ne suis pas prêêête ! Mais on n’a pas le choix, on va tout faire pour que cette période redoutée se passé au mieux. Force et courage !

  2. Mag
    10 octobre, 2019 at 10 h 10 min

    T’as de la chance, les brassières ici c’est depuis le début de CM2, cause à la poitrine qui pointait son nez

  3. Mme Statler
    10 octobre, 2019 at 15 h 26 min

    En CM2 ça commençait « seulement » à arriver

  4. Mme Statler
    10 octobre, 2019 at 15 h 27 min

    Pareil pour le « petit » de 8ans 1/2. Ça va trop vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.