Ventre vide

Normalement dans quelques jours je t’aurais écrit un article avec plein de guimauve dedans pour t’annoncer une formidable nouvelle. Normalement j’aurais préparé un save the date : Tu fais quoi au mois d’août? Parce que nous, nous allons accueillir notre petit troisième. Enfin normalement. Depuis une semaine j’ai le ventre vide et la gorge encore nouée de larmes.

Avoir un troisième enfant c’était mon souhait le plus cher. Pendant des années j’ai ennuyé Gérard à coup de négociations, argumentations, articles people à l’appui  » Ben même Mike Jagger est de nouveau papa alors… » Sa réponse est restée la même « NON ».

Et puis la vie est une farceuse. On apprenait début décembre que notre famille allait s’agrandir. Dire que nous étions tous les quatre heureux est un doux euphémisme. Nous débordions de joie. Avec Gérard nous avions sans cesse ce sourire niais des gens heureux, les pioux quant à eux élaboraient un planning pour ce petit nouveau à venir : football, batterie, piano et équitation. Sans compter bien sûr les histoires le soir, et les tonnes de bisous. Plus personne cependant quand il était question de changer les couches moisies ou de partager sa chambre. Gérard me préparait des plats spéciaux femmes enceintes avec plein d’acide folique dedans.

Mes seins grossissaient, mon ventre s’arrondissait.On n’aurait pas pu garder notre secret bien longtemps.

Et puis la vie en a décidé autrement.

A quelques jours de la rentrée des classes, j’ai vu des tâches dans le fond de mon slip. Je me suis souvenue des autres fois, de ces autres fausses-couches. Gérard a essayé d’être calme, que se serait sans doute comme pour Bibou, qu’il faudrait rester allongée, mais que cet enfant nous l’aurions quand même.

Nous en avons parlé aux pioux, en choisissant des mots simples et des mots doux.

Aux urgences j’ai vu son petit coeur battre, mais trop faiblement selon le médecin de garde. Ses craintes se sont confirmées deux jours plus tard. Un autre médecin m’a cité les statistiques que je ne connais que trop bien, m’a dit d’avaler des cachets et que tout se passerait bien.

Ce qu’elle n’a pas dit c’est la tristesse infinie que nous avons ressentie et que nous ressentons encore, ce qu’elle n’a pas dit c’est la douleur vécue dans ma salle de bain, ce qu’elle n’a pas dit c’est que tous nos espoirs de voir notre famille s’agrandir se sont évanouis dans le fond de la cuvette.

J’ai téléphoné à ma maman et j’ai pleuré comme une enfant.

10 comments for “Ventre vide

  1. Maga
    17 janvier, 2019 at 8 h 44 min

    Pfiouuu…. je ne sais que dire d’autre… les larmes me sont montées aux yeux… Il est tellement difficile d’avoir des mots et des phrases de réconfort pour ces moments terriblement durs…

  2. 17 janvier, 2019 at 9 h 27 min

    Ohhh … Plein de pensées et de câlins virtuels … <3
    Bises à tous.

  3. 17 janvier, 2019 at 13 h 55 min

    Plein de pensées et de calins

  4. 17 janvier, 2019 at 17 h 43 min

    Oh je suis désolée pour vous.je vous embrasse.

  5. 18 janvier, 2019 at 20 h 30 min

    Je pense à vous. Je t’emb

  6. Mme Statler
    4 février, 2019 at 9 h 58 min

    Merci

  7. Mme Statler
    4 février, 2019 at 9 h 58 min

    Merci, je t’embrasse également

  8. Mme Statler
    4 février, 2019 at 9 h 58 min

    Merci Zaza

  9. Mme Statler
    4 février, 2019 at 9 h 59 min

    Merci beaucoup Béatrice

  10. Mme Statler
    4 février, 2019 at 9 h 59 min

    Merci d’avoir été là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.